Château Monastère de Gaussan

Accès par la D423

Coordonnées GPS:

43°08’03.5″N 2°50’41.9″E

Gaussan Vue Générale BizanetSur la route de St André de Roquelongue, on aperçoit à droite de solides constructions qui font penser à une forteresse. Il s’agit de la propriété de Gaussan qui dépendait autrefois du monastère de Fontfroide.

Les archevêques de Narbonne avaient fait édifier sur ce lieu une chapelle rurale, sous le vocable de St Etienne. Le terrain est riche en vestiges gallo-romains, comme la plupart des lieux d’implantation de prieurés. En 964, l’église de St Etienne de Gaussan est mentionnée. Réservé à l’exploitation agricole, le domaine comprenait de bons sols avec des prairies et des céréales. Rares étaient les oliviers et les vignes.

En 1178, la chapelle devient paroisse, ce qui suppose une population assez importante qui s’était groupée autour du domaine. Le monastère de Fontfroide qui devint possesseur du domaine après le prieuré de Ste Eugénie, agrandit peu à peu le territoire soit en achetant une quantité importante de parcelles, soit en recevant des dons.Gaussan Façade Bizanet

Désireux de mettre à l’abri le bétail et les récoltes, les moines décidèrent de construire de solides murailles à Gaussan : on retrouve le même type de “grange cistercienne” en plusieurs lieux, comme à Hauterive sur la commune d’Ornaisons. La “grange de Gaussan” resta propriété de Fontfroide jusqu’à la Révolution ; elle fut alors vendue comme bien national, en 1791, et devint par héritage propriété de Charles Lambert de Sainte-Croix, qui sera sénateur de l’Aude en 1876. C’était l’époque de l’expansion du vignoble audois : M. Lambert de Sainte-Croix fit de Gaussan une propriété viticole, et il transforma la grange en “château médiéval” du type “Viollet-le-Duc”, ce qui lui donne son aspect actuel.

Gaussan Tour Carrée BizanetEn 1994, le domaine de Gaussan accueillit un essaim de moines bénédictins de la congrégation de Solesmes : l’ancienne grange des moines cisterciens – les moines blancs – devenait ainsi un nouveau monastère, de moines bénédictins cette fois – les moines noirs -. Leur but était de mener une vie monastique en ce lieu paisible et relativement isolé, tout en travaillant leur terre comportant huit hectares de vignes.

En 2009, l’abbaye fut revendue et les moines émigrèrent en Ariège “dans le but de trouver une plus grande solitude”. Le monastère, transformé en chambres d’hôtes, fut promu avec son parc de 150 hectares comme un “endroit idéal pour randonner et admirer la nature”.